Le cadre légal du portage salarial : un guide complet pour les professionnels

Le portage salarial est une solution de plus en plus prisée par les professionnels indépendants et les entreprises qui souhaitent travailler ensemble dans un cadre légal sécurisé. Ce dispositif permet à un travailleur autonome d’exercer son activité tout en bénéficiant du statut de salarié, grâce à l’intervention d’une société de portage qui se charge de la gestion administrative, juridique et fiscale. Mais quelles sont les règles encadrant le portage salarial ? Quels sont les droits et obligations des différentes parties prenantes ? Cet article vous propose un tour d’horizon complet du cadre légal du portage salarial.

La définition légale du portage salarial

Le portage salarial est défini par l’article L. 1251-64 du Code du travail comme « un ensemble de relations contractuelles organisées entre une entreprise de portage, une personne portée et des entreprises clientes comportant pour la personne portée le régime du salariat et la rémunération de sa prestation chez le client par l’entreprise de portage. Il garantit les droits sociaux, assure la continuité des droits de la personne portée et lui offre une assurance chômage ». Ainsi, le dispositif repose sur une relation tripartite entre le professionnel indépendant (appelé « consultant » ou « personne portée »), la société de portage salarial (qui devient son employeur) et l’entreprise cliente (qui bénéficie de ses services).

A lire également  Entrepreneur individuel à responsabilité limitée (EIRL) : Protégez vos biens personnels et développez votre activité en toute sécurité

Les conditions d’exercice du portage salarial

Le portage salarial est encadré par un certain nombre de conditions, qui doivent être respectées par toutes les parties prenantes. Tout d’abord, il est important de noter que le dispositif est réservé aux travailleurs autonomes justifiant d’un niveau d’expertise, de qualification ou d’expérience professionnelle suffisant. En effet, la loi prévoit que le portage salarial ne peut être utilisé que pour des prestations de conseil, d’assistance, de formation ou de services « dans un domaine où la personne portée dispose d’une expertise reconnue ». De plus, le professionnel doit être en mesure d’exercer son activité en toute indépendance et autonomie.

La société de portage doit quant à elle respecter plusieurs obligations légales. Elle doit tout d’abord être immatriculée au registre du commerce et des sociétés et déclarée en tant qu’entreprise de portage salarial auprès de l’inspection du travail. Elle doit également souscrire une garantie financière auprès d’une banque ou d’une compagnie d’assurances, afin de couvrir les sommes dues aux consultants en cas de défaillance. Enfin, elle doit adhérer à un syndicat professionnel représentatif du secteur.

Les contrats liant les différentes parties

Le cadre légal du portage salarial repose sur la conclusion de deux types de contrats distincts : le contrat de travail entre la société de portage et le consultant (appelé « contrat de travail en portage salarial » ou CTPS), et le contrat commercial entre la société de portage et l’entreprise cliente (appelé « contrat de prestation de services » ou CPS). Le CTPS doit être conclu pour une durée déterminée ou indéterminée, et préciser notamment les modalités de rémunération du consultant, les conditions d’exécution de la prestation, ainsi que les obligations réciproques des parties. Le CPS doit quant à lui décrire l’objet de la mission confiée au consultant, sa durée, le montant de la rémunération versée par l’entreprise cliente et les conditions générales applicables.

A lire également  Le contentieux fiscal en entreprise: enjeux et solutions

La protection sociale des consultants en portage salarial

L’un des principaux avantages du portage salarial réside dans la protection sociale dont bénéficient les consultants. En effet, en tant que salariés, ils sont rattachés au régime général de la Sécurité sociale et ont ainsi accès à une couverture maladie, maternité, invalidité, vieillesse et accidents du travail. Ils cotisent également à l’assurance chômage et peuvent prétendre à des indemnités en cas de perte d’emploi. De plus, ils bénéficient des mêmes droits que les autres salariés en matière de congés payés, de formation professionnelle continue et de représentation du personnel.

Le calcul et le versement de la rémunération

Le cadre légal du portage salarial impose aux sociétés de portage l’obligation de verser aux consultants une rémunération minimale garantie (RMG), dont le montant est fixé par décret. Cette RMG correspond à 70 % du plafond mensuel de la Sécurité sociale (soit environ 2 400 € brut en 2021), et doit être versée quelle que soit la durée de la prestation réalisée. Toutefois, le montant de la rémunération peut être supérieur à cette RMG, en fonction des négociations entre les parties et du chiffre d’affaires généré par le consultant.

Le versement de la rémunération s’effectue en deux temps : un acompte est versé au consultant dès la transmission de sa facture à la société de portage, puis le solde est payé une fois que l’entreprise cliente a réglé la facture. Le consultant peut également bénéficier d’une prime d’apport d’affaires si la société de portage conclut un contrat avec un nouveau client qu’il a lui-même démarché.

A lire également  Les délais de résiliation de contrat d'électricité pour non-respect des normes de sécurité

Les obligations fiscales et sociales des consultants

En tant que salariés, les consultants en portage salarial sont soumis aux mêmes obligations fiscales et sociales que les autres salariés. Ils doivent ainsi déclarer leurs revenus et payer leurs impôts sur le revenu selon les règles applicables aux traitements et salaires. De même, ils sont assujettis aux cotisations sociales (maladie, vieillesse, chômage) prélevées directement sur leur rémunération par la société de portage.

Néanmoins, il est important de souligner que les frais professionnels engagés par le consultant pour l’exercice de son activité (frais de déplacement, matériel informatique, formation…) peuvent être déduits de sa rémunération brute, sous certaines conditions et dans certaines limites. Cette déduction, appelée « frais de gestion », permet ainsi de réduire la base imposable et les cotisations sociales du consultant.

Le portage salarial offre donc un cadre légal sécurisé et avantageux pour les professionnels indépendants qui souhaitent exercer leur activité en bénéficiant du statut de salarié. Il convient toutefois d’être vigilant quant au respect des conditions d’exercice et des obligations réciproques des parties prenantes, afin de garantir les droits et la protection sociale des consultants.